Parlons stress

Pourquoi une section spécifiquement sur le stress ?
Le stress fait beaucoup parler de lui, est méconnu et encore tabou, quoiqu’il y ait considérablement de progrès à ce sujet. Il est donc important de continuer à en parler ouvertement pour le démystifier, reconnaître ses signes précurseurs, ses symptômes et ses impacts dans la vie personnelle et professionnelle. De cette façon, on crée un effet d’entraînement pour que les gens prennent leur stress en main de plus en plus tôt et on limite ainsi les dommages collatéraux pour eux, leur entourage et la société et les organisations.

Relions le stress à la santé mentale ou psychologique, puisqu’il en fait partie !

Ça veut dire quoi être en bonne santé mentale ou psychologique ?
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la santé mentale comme « un état de bien-être permettant à chacun de reconnaître ses propres capacités, de se réaliser, de surmonter les tensions normales de la vie, d’accomplir un travail productif et fructueux et de contribuer à la vie de sa communauté ».

Cet état est loin de dépeindre la vie trépidante d’aujourd’hui où plusieurs d’entre nous ont à peine l’énergie de faire tout ce qu’ils ont à faire en attendant avec impatience la fin de semaine, le prochain congé ou les futures vacances pour décompresser un peu, puis repartir de plus belle… jusqu’à la prochaine fin de semaine, jusqu’au prochain congé ou jusqu’aux prochaines vacances !

Impacts sur les plans financier et productif
Selon Santé Canada, une personne sur trois sera atteinte d’une maladie mentale au cours de sa vie (Santé Canada, 2017). Seulement le tiers de ceux qui ont besoin de services de santé mentale au Canada les reçoit réellement (Santé Canada, 2011).

La dépression et l’anxiété coûtent respectivement à l’économie canadienne au moins 32,3 milliards de dollars par an et 17,3 milliards de dollars par an, en perte de PIB, en raison de la perte de productivité (Conference Board of Canada, 2016).

Les troubles mentaux, dont la dépression, l’anxiété et les troubles d’adaptation, sont l’une des principales causes d’invalidité au Canada. On estime qu’ils représentent plus de 30 % des demandes de règlement pour invalidité et 70 % du coût total (Commission de la santé mentale du Canada, 2014).

Chaque semaine, au moins 500 000 travailleurs canadiens sont incapables de travailler en raison de problèmes de santé mentale (Centre de toxicomanie et de santé mentale, 2018).

Votre stress – Pourquoi vous en préoccuper ?
Vous devez vous soucier de votre stress parce qu’il a un impact sur ce qui suit :

  • Votre bien-être et votre capacité à vivre une vie épanouie et équilibrée.
  • Votre santé : votre stress ne vous rend pas malade, mais il consomme tellement d’énergie qu’il affaiblit votre système immunitaire.
  • Votre poids : on parle ici du poids émotionnel (manger ses émotions, avoir un poids au-dessus ou au-dessous de son poids santé).
  • La qualité de vos relations se détériore, car elles subissent, elles aussi, les contrecoups de vos comportements causés par votre stress.
  • La qualité de votre vie professionnelle peut influer sur l’accomplissement de vos tâches, le développement de vos compétences, votre capacité d’adaptation aux nombreux changements, sans parler de votre réputation et de votre crédibilité.

Au bout du compte, c’est la qualité de votre vie qui se dégrade en regard de tout ce qui a été mentionné plus haut.

Stress au travail – Pourquoi vous préoccuper du stress de vos employés ?
Vous devez vous soucier du stress de vos employés pour les raisons suivantes :

  • Coûts reliés au taux de roulement, à l’absentéisme, au présentéisme, aux assurances collectives.
  • Impacts sur la productivité et la qualité du travail qui se répercutent sur la perception de votre organisation par le marché et vos clients.
  • Impacts sur le climat de travail qui affectent la réputation de votre organisation en ce qui a trait, entre autres, au recrutement et à la rétention du personnel.

Plus précisément, le stress vécu par un employé ou un gestionnaire a un impact sur son rendement concernant ce qui suit :

  • L’accomplissement de ses tâches
  • Le développement de ses compétences
  • Sa motivation
  • Son adhésion aux valeurs de l’entreprise
  • L’endossement de son rôle
  • Son adhésion à la vision de l’entreprise

Il ne faut pas oublier une attitude plus agressive, soumise, sur la défensive, qui se traduit par un manque d’engagement qui peut avoir un impact négatif sur l’équipe et le climat de travail.

Cela, c’est seulement pour une personne sous l’emprise du stress. Imaginez l’impact et l’effet d’entrainement dans l’organisation lorsque le stress touche toute une équipe ou un service !

Par où commencer pour s’occuper du stress ?
Une première bonne étape pourrait être de suivre une formation, de participer à un atelier ou d’entreprendre une démarche de coaching sur la gestion du stress et des émotions.

Vous voulez aller plus loin dans la prise en charge du stress par rapport à vous, votre équipe ou l’organisation ?
Contactez-moi pour plus d’informations.

Pour être mieux informé sur les impacts du stress en milieu de travail et sur les actions à prendre pour le contrer, je vous invite à consulter le document La santé et le mieux-être au travail : un investissement essentiel et rentable !